Vingt-six siècles de médecine à Marseille

6101FTZ2VYL.jpg





EUR 35,00



Marseille, la plus ancienne ville et le premier port de France, grand comptoir maritime et commercial, cité internationale en relations avec l’Afrique, l’Orient et l’Asie, a toujours été un carrefour important dans l’histoire de la médecine. Depuis l’Antiquité (Crinas fut le médecin de Néron), cet ouvrage étudie les origines d’un art de guérir, héritage à la fois gréco-latin et judéo-chrétien. Au Moyen Age, cible prédestinée des grandes épidémies, théâtre en 1720 de l’effroyable peste qui fit 50.000 morts, Marseille témoigne du dévouement de dizaines de praticiens et de la lutte incessante des échevins pour barrer la route au fléau. Dès le XVIIIe, siècle, des chirurgiens prestigieux émergent: la première opération de la cataracte par Daviel. Ce sera, à partir du milieu du XIXe siècle, quand la chirurgie aura conquis sa place, que l’essor de la Médecine se fera. Au fil du temps on voit évoluer – avec les techniques et le statut des médecins – les structures hospitalières , le bénévolat des maisons de charité cède la place à l’organisation municipale d’un Hôtel-Dieu, où l’on a inventé l’internat bien avant 1808, puis aux établissements modernes et aux C.H.U. Car l’école de Marseille a dû mener une longue bataille pour être consacrée Faculté de plein exercice : en 1930, après vingt siècles de pratique. Au travers de cette relation détaillée apparaissent les figures de grands patrons comme Jean Fiolle ou Robert de Vernejoul, les succès tels que la première transplantation cardiaque réussie et surtout l’importance d’un pôle médical de tout premier rang. On y mène – au sein de l’Université de la Méditerranée – enseignement, formation pratique et recherche, le lecteur peut en juger à la présentation des multiples spécialités marseillaises depuis les neurosciences jusqu’à la médecine de plongée (expérimentations conduites jusqu’à plus de 700 m de profondeur). Première

December 29th, 2015 by